Vous le savez, j’aime beaucoup le temps des Fêtes. Je consomme donc une tonne de films de Noël et de classiques des Fêtes. Entre Ciné Cadeau, les productions Hallmark et Die Hard (ça compte, ça se passe dans le temps des Fêtes), j’ai remarqué certains éléments qui me dérangent un peu, surtout en ce qui a trait aux personnages féminins. Est-ce que mes films favoris sont sexistes? Le temps était venu de créer un test féministe pour les films du temps des Fêtes.

Des fictions pas toujours inspirantes

J’ai remarqué que les films de Noël ont souvent des personnages féminins qui sont présentés comme des perdantes au jeu de la vie parce qu’elle se consacrent trop à leur travail, parce qu’elles n’ont pas d’enfants, ou parce qu’elles sont amoureuses de quelqu’un qu’elle ne peuvent pas «avoir». Elles sont aussi souvent veuves, orphelines, ou fraîchement séparées d’un crétin dont elles sont encore amoureuses. Des victimes du destin.

C’est un chose de créer des arcs dramatiques, mais si l’histoire d’un film est toujours composée autour d’un personnage féminin qui se tourne vers des rôles traditionnels après avoir appris une bonne leçon sur ses choix personnels, ça n’est pas très inspirant.

J’ai eu envie de tester mes films préférés

Le test de Bedchel

Je ne suis d’abord tournée vers le test de Bedchel, qui s’intéresse aux rôles des genres au cinéma à travers ces questions :

  • Est-ce que le film a plus d’un personnage féminin?
  • Est-ce que ces personnages ont des noms?
  • Est-ce que ces personnages se parlent d’un sujet autre qu’un des personnages masculins du film?

Ces questions sont très pertinentes, mais j’ai eu envie d’ajouter les miennes pour créer ce que j’ai appelé le test de NoElle.

NoElle : Un test féministe pour les films du temps des Fêtes


test féministe Le test de NoElle

Les éléments du test de NoElle s’ajoutent à Bedchel pendant la période des Fêtes. Ils sont très simples. Plutôt que de retrouver certains facteurs, on y va pour valider que le scénario les évite.

Ces éléments sont :

  • Est-ce qu’on reproche à un personnage féminin d’accorder trop de temps à sa carrière?
  • Est-ce qu’une protagoniste célibataire et heureuse termine le film mariée ou avec des enfants?
  • Est-ce qu’un personnage féminin efface ses besoins pour combler ceux d’un homme?

Si le film ne répond PAS à ces critères, c’est très bon signe.

Est-ce que les films passent le test?

Mettons quelques films de Noël à l’épreuve.

Love, Actually

Ce film divertissant ne passe pas le test. Non seulement la majorité des histoires sont racontées principalement à travers les yeux d’un homme ou ce qu’il cause comme émotion, la seule conversation entre deux femmes qui n’est pas au sujet d’un homme, ben c’est quand le personnage d’Emma Thompson parle avec sa fille de son rôle de homard dans sa scène de la nativité. Et est-ce que j’ai besoin de vous rappeler la scène de Sarah (Laura Linney) qui met de côté un amour passionné pour jaser avec son frère malade? Je comprends l’amour filiale, mais cette effacement est un sacrifice un peu poche.

The Spirit of Christmas

Alors qu’elle doit régler la vente d’une auberge, une avocate doit confronter le fantôme sexy (!!! )qui hante les lieux pour avoir la promotion de ses rêves. Ce film typique des comédies romantiques produites pour la télé ne passe évidemment pas le test. Non seulement on dépeint la protagoniste comme frigide parce qu’elle pense trop à son travail, mais elle finit par tout mettre de côté car elle TOMBE EN AMOUR AVEC LE FANTÔME SEXY.

Elf

Cet excellent film est un autre fail misérable. Le seule moment où deux femmes sont ensemble, c’est quand l’amoureuse et la belle-mère du personnage principal chantent une chanson de Noël ensemble vers la fin. De plus, je sais pas pour vous, mais si mon mari invitait son fils perdu à habiter chez moi et qu’il détruisait tout mon mobilier pour faire des jouets en bois, je ne serais pas du tout chill avec l’idée et je ne m’effacerais pas ainsi pour lui faire de la place.

Je crois que ce qu’il faut retirer de ce test féministe, c’est une certaine conscientisation. Je ne vais pas arrêter de regarder Elf parce que le film ne passe pas le test. Et je vais probablement regarder Love, Actually encore 3 fois avant Noël. Mais je vais continuer à souhaiter que plus de films de Noël mettent de l’avant des personnages féminins forts et autonomes.

 

 

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer