Avec la fin de la saison des récoltes vient l’envie de manger des tomates frites. Dans mon cas, il a fallut que j’en rachète deux fois, parce que j’avais trop attendu et que les tomates de mon panier Lufa étaient devenues rouges. Oups.

Cette fois, c’était la bonne.

making fried green tomatoes

Je prépare mes tomates vertes de la façon la plus simple au monde : avec une panure de farine, d’oeuf, et de chapelure. On peut utiliser de la farine de maïs, comme dans le Sud des États-Unis, ou faire une panure avec de la chapelure panko japonaise, plus croustillante. D’autres aimeront préparer une panure liquide style tempura. Cette fois, j’ai simplement utilisé de la farine blanche, de la chapelure italienne, et un oeuf bien frais.

making fried green tomatoes

J’assaisonne d’abord les tranches de tomates avec de la fleur de sel. Puis, je trempe les tranches de tomates dans la farine, puis dans l’oeuf battu, et finalement dans la farine. Je fais frire une minute dans une poêle chaude à fond épais dans laquelle j’ai versé un demi-centimètre d’huile de canola. Je les aime très frites et foncées, mais essayez différentes durées de friture, pour trouver votre cuisson préférée. Quand c’est à votre goût, déposez sur des serviettes en papier, salez, et servez.

Le petit détail qui tue : je sers mes tomates frites avec une garniture de labneh, ce fromage frais libanais qui ressemble un peu à du fromage à la crème, en dix fois meilleur. Vous en trouverez en pot dans la section des produits laitiers de plusieurs grandes surfaces ou dans les épiceries spécialisées comme Adonis. J’y ajoute un peu de fleur de sel, beaucoup de poivre, et un trait de jus de citron (ici, un citron Meyer, plus sucré que les citrons habituels).

Voilà!

making fried green tomatoes

Je trouve ces tomates encore meilleures tièdes. Et s’ils vous en reste, glissez-en une dans un burger ou un BLT. C’est pas mal next level.