La vie de blogueuse foodie nous fait parfois vivre des moments étranges. On arrive à une soirée, comme celle donnée il y a quelques semaines par Agnus Dei dans le cadre du lancement de sa nouvelle saison gastronomique, on croit qu’on va y être pour une heure en mode cocktail, et on se retrouve 5 heures plus tard en se demandant bien ce qui vient de se passer.

Ce soir-là, tout a commencé par des bulles et quelques bouchées sur la terrasse. Il y avait aussi un document qui parlait de tendances gastronomiques, mais honnêtement, je n’y ai rien compris. Mais la nourriture, elle était spectaculaire et savoureuse, dans la grande tradition d’Agnus Dei.

Puis, on nous invite dans une grande salle où des tables nous attendent. Va-t-on manger un repas? Oui et non. On nous sert encore des bouchées. C’est très bon, mais on ne comprend pas trop pourquoi nous sommes assis et pourquoi c’est aussi long. Et pourquoi Charlie Pop est-il sur la scène en train de faire son numéro? En tout cas, une chose est certaine, on s’amuse bien. Et on mange bien, même si c’est long.

Soudainement, Armand Vaillancourt fait son apparition… Pour décorer un gâteau?! Ben oui. Le sucre est fracassé, les pastilles lancées, les sirops projetés par l’inspiration. Et j’ai beau être une fille parfois cynique, je ne peux que m’émouvoir devant ce tableau gourmand. Ça n’est pas tous les jours qu’on peut manger une pièce d’art!