Dans un billet récent et dans une vidéo que j’ai publiée pendant Vlogtobre, j’ai indiqué que je voulais perdre du poids parce que mon tour de taille commence sérieusement à empêcher ma progression au gym et qu’avec l’âge, mes genoux et mes chevilles commencent à me reprocher le fardeau qu’ils traînent au quotidien. On a beau être bien dans sa peau, un surpoids, c’est jamais confo.

Suite à mes publications, j’ai reçu une foule de messages de soutien, de commentaires positifs et de courriels d’encouragement, ce qui m’a fait chaud au cœur! Par contre, certaines personnes bien intentionnées m’ont envoyé des messages pour me dire que je n’avais pas besoin de me « mettre au régime » (ce qui n’était pas mon intention, mais ok), que je devais m’accepter comme je suis, ou que j’envoyais le mauvais message en parlant de perte de poids.

Ces personnes sont bien intentionnées, mais laissez-moi vous expliquer pourquoi ce genre de commentaires me laissent perplexe.

PERDRE DU POIDS JUSTE POUR ÊTRE MIEUX, C’EST POSSIBLE

Je soutiens à 200 % la promotion de la diversité corporelle et l’importance de ne pas positionner la perte de poids comme #goals. Tant de gens souffrent de troubles alimentaires et l’industrie du régime ne fait rien pour arranger les choses. Mais avoir envie – avoir besoin – de perdre du poids peut être une réalité que l’on doit confronter un jour ou l’autre, et ça, c’est plus que sain. Il y a une différence entre s’accepter et se résigner à son sort. Je m’aime, je m’accepte et j’ai même une bonne relation avec mon corps imparfait. J’ai juste envie de me sentir mieux. Est-ce que j’ai le droit? Je pense que oui.

Avec la masse musculaire que j’ai accumulée en levant du fer au gym et mon surpoids actuel, je suis plusieurs dizaines de livres au-dessus de mon poids santé. Je ne me suis pas rendue là parce que tout allait bien dans ma vie. Comme beaucoup de femmes, j’ai une relation complexe avec la nourriture. L’automne dernier n’a pas été facile de ce côté. Dans les dernières années, j’ai beaucoup travaillé cette relation pour la rendre plus douce, plus positive, et ne plus me faire de reproches inutiles. Et là, ben je suis prête.

Je sais, je sais, ce n’est pas le premier billet du genre que je publie.

Mais cette fois, j’en parle à la suite d’un changement majeur dans ma vie : ma démission d’un boulot que j’adorais, mais qui me causait beaucoup de stress. Là, je vais avoir le temps de prendre soin de moi.

  • Je ne veux pas perdre du poids pour être mince – je veux juste être moins lourde.
    Je ne veux pas perdre du poids pour changer ma vie – elle est déjà pas mal awesome.
    Je ne veux pas perdre du poids pour plaire davantage – j’aime qui je suis et ce que je projette.
  • Je le fais pour les bonnes raisons. Pis en plus, ça me permet de cuisiner plein de bonnes choses!

saumon - perdre du poids

L’envie d’être mieux

En plus de mon surpoids, je traîne aussi pas mal de masse musculaire, car je m’entraîne beaucoup et je suis vraiment plus forte qu’il y a deux ans, quand j’ai mis les pieds dans un gym pour la première fois. C’est lourd, tout ça. Ça m’écrase les articulations, ça me fait suer pour un rien et ça ralentit ma progression à l’entraînement. Pas étonnant que je souffre présentement d’une fracture de stress au pied droit. Mon corps est à bout!

Mais ça, les gens ne veulent pas l’entendre. Ils sont trop occupés à t’expliquer que ton poids ne veut pas dire que tu n’es pas en bonne santé. Je suis effectivement en très bonne santé sur papier. C’est dans le pratique, dans la vie de tous les jours que j’en ai assez et que je veux vraiment changer. Et comme toutes les sphères de ma vie, ben j’ai envie de partager ça avec mes abonnés sur YouTube et mes lecteurs sur ce blogue.

C’est pour ça que je publierai davantage de billets et de vidéos où je vous parlerai de ma perte de poids et de mon entraînement. J’espère que vous m’offrirez votre soutien et que vous comprendrez qu’avoir des alliés comme vous, ben c’est le meilleur moyen d’avoir du succès.

Êtes-vous déjà passé à travers une situation similaire? Est-ce que votre entourage vous soutient ou est-ce qu’on tente de vous faire changer de plan?

 

Vous aimerez peut-être aussi

  • You go girl.

  • Julie Betelu

    Bonjour Eve,
    Pour appuyer tes propos, j’ai connu des personnes en fort surpoids qui se lançaient de supers défis (des randonnées en haute montagne, etc.). Elles sont fait preuve d’une immense détermination. Pour les avoir accompagner, la seule chose que je leur souhaite, pour faciliter leur vie au quotidien, c’est que leur corps soit un peu plus fonctionnel et non une gêne, pour qu’elles puissent continuer à s’éclater et réaliser leurs envies et leurs rêves fou-fou. Ça passe essentiellement par moins de poids sur leurs articulations. Je ne parle pas de silhouette, comme tu le dis, juste que son propre corps soit un allié!
    Bonne chance dans ton parcours, et have fun!!

  • Josiane Stratis

    Let’s go baby. Tu sais que tu es Awesome et personne qui n’est pas dans ta peau devrait avoir un mot à dire sur tes motivations à faire quoi que ce soit de ta peau.

  • Nat G

    Les démarches d’acceptation de son corps sont tout-à-fait nécessaires mais parfois trop agressives. Complimenter une personne sur sa perte de poids peut être mal vu. Afficher sa progression d’entraînement et diète sur les réseaux sociaux peut être vu comme de la provocation. Surveiller la quantité de cochonneries avalée par ses enfants peut être vu comme de la cruauté. Les femmes très minces se font dire qu’elles sont un mauvais exemple pour les jeunes filles, pourtant il me semble que la « diversité corporelle » comprend aussi les personnes minces… Il paraîtrait même que c’est un mythe qu’un surplus de poids peut être nocif pour le confort et la santé et que les médecins qui disent le contraire sont des fachos… Je trouve dommage que des messages d’acceptation de son corps perdent en crédibilité à cause de certaines attitudes.

  • Marie Chatard

    Le faire pour les bonnes raisons, c’est parfait.
    Bon courage à toi !

    http://blog.la-pigiste.com/

  • Louise Sanfaçon

    Je comprend parfaitement et je suis entièrement d’accord. J’ai le même défi à cause des articulations du genoux. Perdre ou gagner du poids pour réduire la douleur ou améliorer la mobilité, ce n’est pas comme vouloir prendre ou perdre du poids parce qu’on est mal dans sa peau. Ce n’est pas le gain ou la perte de poids directement qui est le problème, mais plûtôt motivation qui les soutend, qui fera qu’un tel projet sera sain ou non.

    • Eve Martel

      Voilà!

  • Wonderful post.

  • Micheline St-Onge

    Et bien moi, je n’ai qu’une chose à te dire du haut de mes 59 ans. N’écoute personne, personne personne, n’écoute que TOI. That’s it, That’s all! 🙂

  • iwejnm crt

    Je suis tellement d’accord. Vouloir perdre du poids pour sa santé, pour se sentir bien dans son corps en mouvement, c’est juste la seule raison qui devrait être donnée. Alors c’est vrai que ça joue aussi sur la vision qu’on a de nous-même. Perdre du poids, ça veut aussi dire qu’on va changer de corps, ça peut être positif ou négatif. Ça peut avoir de l’impact sur notre assurance, etc. Mais la santé, c’est le plus important. Avant de commencer ma carrière dans l’enseignement, j’étais dans une bonne perte de poids (j’avais perdu près de 10 kg, et je me sentais vraiment bien dans mon corps, je bougeais plus facilement, j’avais plus d’énergie et puis j’ai commencé à travailler, j’ai tout repris en 6 mois, écrasée par le stress de mon emploi, de ma direction, de mes horaires hallucinants. Et puis j’ai arrêté. Parce que plus j’essayais de faire attention plus je bouffais mes émotions. Alors c’est de mes émotions dont je me suis occupée, et là mon poids s’est stabilisé, sans rien faire que de prendre soin de ce qui se passait dans ma tête. J’avais pas l’énergie ni le bon état d’esprit pour m’y consacrer même si c’était pour ma santé. Maintenant, près de 5 ans plus tard, je suis enfin apaisée avec mon boulot, je suis arrivée à trouver un équilibre qui fonctionne, ça va bien dans ma tête, du coup je peux remettre de l’énergie dans ce projet santé. Parce que pour moi c’est une double peine. J’ai pris ce poids de manière émotionnelle, pour l’essentiel, et le vivre au jour le jour était quasiment devenu une punition et perdre du poids, se réguler, s’imposer des règles de vie aussi simple que préparer une liste de repas et s’y tenir, relevait d’une autre punition. Quoi perdre mon temps à gérer ce que je mange quand je peux le consacrer à lire ou à coudre, etc ? Maintenant ce n’est plus une corvée, enfin il y a des jours où s’en est une, et ben je fais ma paresseuse, je vais chez makisu ou je prends un plat préparé. Ça ne me tue pas, et ça ne détricote pas mes nouvelles habitudes. Je vais plus souvent à la piscine, et je fais 30 min de nage quasi à chaque fois, je fais un peu de vélo d’appart quasi tous les jours (j’avoue parfois je combine pas les jours piscine/vélos) – globalement je bouge bien plus qu’en juin dernier ! Je prends davantage soin de moi, c’est bête, mais penser à se mettre une crème du jour ou se maquiller pour se mettre en valeur, je prenais plus la peine. Trop fatiguée pour. Maintenant ça me fait plaisir de prendre soin de mon corps. Et surtout je sais qu’en perdant du poids, je vais me sentir bien, au niveau des articulations, au niveau de l’essoufflement, au niveau de l’énergie 🙂 parce que je l’ai vécu. Et surtout, je ne suis pas seule 🙂