La vie de blogueuse a ses avantages, comme le souligne l’invitation que j’ai reçu de prendre place à la table de deux adresses gourmandes dans le cadre du festival Montréal en lumière. Premier rendez-vous : un repas au Decca 77, chic adresse du centre -ville lovée dans une de ses tours de verre. Au menu : une soirée d’accords mets et vins avec les produits Gordon Estate (anciennement Gordon Brothers), proposé par Jeff Gordon en personne. Ce sont des vins qui proviennent de l’état de Washington.

L’accueil est sympathique, l’ambiance est tranquille et feutrée, c’est le vendredi parfait. On débute avec un tartare de crevettes de roche, dashi à la citronelle, feuille de shiso, pudding à la mandarine et pousses de daîkon.

Le pudding de mandarine acidulé est merveilleux avec la douceur des crevettes en tartare. Le tout forme un bel accord avec le Chardonnay qui l’accompagne. Les vins Gordon Estate sont de l’état de Washington, région qui commence vraiment à se démarquer davantage ici. Personnellement, j’y trouve plus souvent de produits intéressants qu’en Californie, qui m’ennuie parfois avec ses vins flasheux. Pas facile de trouver les bouteilles qui m’intéressent en tablette ici par contre… mais ça viendra! Au Québec, on peut trouver les vins Gordon Estate via Lafontaine vins & liqueurs.

 

Le deuxième service est d’une élégance presque post-moderne sur son assiette d’ardoise. C’est une pièce de saumon mariné et fumé à froid, betterave rouge et jaune, chioga, oeufs de poisson, anguille BBQ, et huître croustillante.

Surprise : Jeff Gordon lui-même passe à notre table pour nous parler du Cabernet sauvignon que l’on savoure avec le plat (on apprécie ses arômes de cerise noire). Sympathique et enthousiaste, il nous explique aussi qu’une refonte de l’image du vignoble est en route, avec de nouvelles étiquettes. La compagnie reste une affaire de famille, ce qui a influencé le nouveau nom, Gordon Estate, en remplacement de Gordon Brothers. « I was told to my surprise that I wasn’t going to live forever, so it made sense to change the name. » de nous confier Gordon en souriant.

Avec notre point de vue sur les cuisines, on peut apercevoir le chef Daren Bergeron et sa brigade méticuleusement préparer le plat de fruits de mer que nous attendions avec impatience : la morue charbonnière et coquillages, bouillon au cari, chorizo, sauce vierge aux crustacés et salade d’herbes.

Couteaux, palourdes, bigorneaux entourent une morue cuite à la perfection qui se détache en fine couches sous le poids de nos fourchette. L’assaisonnement est goûteux et juste assez présent pour ne pas brimer la finesse des fruits de mer.

On commence à être drôlement gavée… Probablement parce qu’on s’est jeté sur le pain pour savourer le délicieux bouillon du plat! Mais il reste deux services, alors on s’agrippe et on continue. C’est ce qu’on appelle un « problème moderne » (i.e. pas un problème pantoute).

Et voici qu’arrive le filet de veau à la ficelle et homard rôti, purée de topinambour, crosnes, vinaigrette tiède à la truffe et émulsion de fois gras dans toute sa splendeur. Une belle tranche de truffe couronne le tout. Et ce parfum!

 

Heureusement, la finale est légère avec un granité à la margarita, crème de citron et crumble à la fleur de sel. On reçoit aussi un petit sac de mignardises pour rapporter à la maison. Chouette!

Le festival Montréal en lumière est une excellente occasion d’oublier la noirceur de l’hiver et de profiter d’une foule de tables gourmandes qui proposent des menus spéciaux pour l’occasion. Besoin d’inspiration? Jetez un coup d’oeil à la programmation gastronomique. Sur le site du festival, on offira aussi des délices gourmands comme les tacos de chez Grumman ’78.

Avec d’aussi belles occasions de se régaler, le printemps peut bien attendre…

Decca 77
1077, rue Drummond
Montréal
(514) 934-1077
Réservations recommandées

Festival Montréal en lumière sur Twitter

Page Facebook du festival Montréal en lumière