Si vous vivez sur la lune, vous n’avez probablement jamais entendu parler du chef David Chang et de son groupe Momofuku, qui comprend des restaurants, des échoppes de biscuits et le merveilleux magazine Lucky Peach. Pour les autres, vous savez à quel point ce chef américain-coréen a connu du succès depuis les dernières années grâce à son approche audacieuse de la cuisine populaire asiatique. J’ai enfin mis les pieds dans un de ses restaurants, le Momofuku Noodle Bar, lors de mon dernier voyage à New York.

À l’intérieur, le bois blond, les pots remplis de baguettes et les longues tables nous invitent à partager un moment de délicieuse convivialité.

On mange quoi chez Momofuku Noodle Bar? On mange parfumé et frais! Des nouilles, des sandwiches, des brochettes, des salades et quelques desserts. On a commencé avec un petit verre de vin pour ma compagne et une boisson Moxie pour moi, genre de racinette à l’ancienne avec des notes de réglisses.

On aurait aussi pu se laisser tenter par le slushie maison, qui danse dans une machine décorée d’une petite pêche (le mot « momofuku » veut dire « pêche chanceuse » en japonais). Pimpant à souhait!

Dans nos assiettes ce soir-là, l’incontournable pork bun qui a fait la renommée de la maison, avec sa garniture de ciboulette et de concombre mariné. J’en aurais mangé six!

Comme plat principal (on a partagé), on s’intéresse aux nouilles épicées aux épinards, à la saucisse chinoise et aux cachous pralinés. Le combo est super original et on est séduite. La serveuse nous prévient que c’est vraiment TRÈS épicé. Ne reculant devant rien (notre honneur est en jeu), on commande le plat avec assurance. C’est une petite beauté.

Brasse, brasse, brasse les nouilles. Ça sent bon. On plonge nos baguettes.

Tsé quand tu te cognes une orteil et que ça prend quelque secondes avant de sentir la douleur? C’est un peu ce qui arrive avec ce plat. Tu prends une bouchée et quelques secondes plus tard, tes lèvres bourdonnent sous le fouet des piments.

Mais c’est. Vraiment. Trop. Bon.

J’avais chaud aux yeux tellement c’était fort, mais j’en voulais encore et encore. Le feu de l’huile, la souplesse de nouilles, la saucisse en duo avec le sucré croustillant des cachous pralinés composent un plat qui créé une dépendance.

Je vais d’ailleurs tenter de reproduire ce plat chez moi ce soir. On s’en reparle!

Momofuku Noodle Bar
171, 1st Avenue
New York (East Village)
Comptez environ 35$ pour deux pork buns et un plat de nouilles