Pour mes 41 ans (ouch!), ma mère et son petit mari m’ont offert d’aller manger avec eux chez Liverpool House dans le quartier Petite-Bourgogne. Ayant souvent pris place à table du Joe Beef, la porte d’à côté, j’étais bien contente d’essayer sa petite soeur. Et croyez-moi, on y mange aussi bien – un évidence quand on sait que le duo de David McMillan et Fred Morin sont derrière les deux restaurants. On retrouve d’ailleurs beaucoup de plats similaires dans les deux établissements, mais la musique est un peu plus (trop?) forte au Liverpool House. Donc, si vous êtes incapable de réserver au Joe Beef (c’est parfois difficile), ne faites pas de caprice et essayez d’avoir une table au Liverpool House. Mais bon, c’était plein aussi le soir de notre visite.

Je commence le repas avec un beau gros bloody caesar avec beaucoup de swag : lime, céleri, olive et une belle huître.

Pas de demi-mesure pour mon entrée, qui est tout simplement hallucinante : c’est le foie gras poêlé « déjeuner », une empilade de foie gras, bacon, oeuf et sauce à l’érable. C’est oh, so wrong, mais oh, so good.

Ne vous inquiétez-pas pour mon taux de cholestérol, il est déjà sain et j’ai partagé mon plat avec le beau-père, qui m’a refilé une de ses délicieuses palourdes façon casino.

Pendant ce temps, ma mère plus sage déguste une salade de pamplemousses, avocats et betteraves. On parle souvent des plats de viandes ou très riches du restaurant, mais les plats de légumes sont aussi assemblés avec brio. Le fromage mozzarella frais avec tomates et rapinis, et la salade d’hiver avec ses graines de tournesol et ses lamelles de radis préparent nos estomacs pour des plats plus robustes.

Et voilà la bête, que je partage avec beau-père pendant que maman savoure son poulet cuit à la brique : la sublime côte de boeuf accompagnée d’une salade de cresson, de deux os à moëlle et d’un petit plat de rösti de pommes de terre garnies de fromage bleu.

Un bon truc si vous voulez aller chez Liverpool House et que votre budget est limité : ce plat pourrait facilement nourrir quatre personnes (il est proposé pour deux au prix de 42$). La portion est ÉNORME.  Je ne sais pas comment il y arrive, mais beau-père en mange deux tranches et demi. C’est probablement parce qu’il fait des dizaines de kilomètre de vélo à chaque jour. Mon métabolisme de foodie bloque après une tranche de viande saignante dont la croûte bien saisie me fait gémir de bonheur. Ou c’est que je veux me garder de la place pour le dessert?

Après un petit verre de calvados offert par la maison (merci!) et servi par un sympathique serveur moustachu, on se partage deux finales, soit le sticky pudding aux pommes surmonté d’un sorbet et une merveille glacée nappée de sauce au chocolat et au caramel, de bananes, de crème fouettée et d’une cerise.

C’est moi qui mange la cerise – après tout, c’est ma fête.

Liverpool House
2501, Notre-Dame ouest
(514) 303-6049
Réservation nécessaire