Le plafond de mon nouveau condo est équipé de gicleurs contre les incendies. À l’achat, je me suis dit « Pas mal, c’est sécuritaire et en plus, je vais économiser sur mes assurances ». Mais plus les semaines avancent, plus je suis terrorisée par cet article qui devrait en théorie me rassurer. C’est que je viens de vivre une terrible angoisse du glicleur.

Il y a quelques mois, un accident est survenu chez des voisins et le système s’est déclenché alors qu’il n’y avait pas d’incendie. Les meubles de la proprio y sont passés – ou du moins, c’est ce que les rumeurs de couloirs racontent. Imaginez le désastre. Depuis, je suis dans l’angoisse que le truc arrosse mes effets sans avoir été titillé par la flamme. Je me demande bien ce qui, outre un accident de peintre qui accroche au passage le « sprinkler » le plus proche, fait que l’eau se mette à cracher ? Est-ce la chaleur ou la fumée ?

Il y a dix minutes, en voulant faire chauffer un truc à base de caramel dans le micro-ondes, tout a cramé et mon appartement s’est rempli de fumée en moins de 30 secondes. Panique total: j’ouvre la porte, les fenêtres, je mets la hotte en mode turbo… J’attrape même mon ventilateur que je braque vers la blanche menace, question de la pousser plus vite vers la sortie. J’imagine la douche à venir! Mon coeur bat la chamade. Ouf, la fumée décampe peu à peu : j’ai évité le pire. Mais mon appartement sens le sucre roussi. Ça ne pourra pas durer comme ça encore bien longtemps. Ma diète des prochains jours sera composée de salades, gaspacho et PopSicle. Les gicleurs, c’est plus dur pour le coeur qu’un burger gras.

Bon je viens de me rendre compte que mon détecteur de fumée ne s’est même pas déclenché ! Ça, c’est plutôt inquiétant.