Nouveauté reçu en mars : le gin Piger Henricus, une création des Distillateurs subversifs et de Patrice Fortier de la Société des plantes de Kamouraska.

Non, je ne laisse pas mon chat boire du gin, pas besoin de téléphoner à la SPCA.

Piger Henricus gin

Première impression : wow, quel beau branding! On comprend tout de suite qu’on a affaire à un produit dont l’ADN est artisanal.
Piger Henricus gin

Le gin Piger Henricus est microdistillé en alambic. Qu’est-ce que ça veut dire au-delà du buzzword? Ça veut dire qu’il est produit en petite quantités, 350 litres à la fois. C’est un produit qui prend son temps pour arriver au fond de nos verres.

Piger Henricus gin

Et que révèle la dégustation? Tout d’abord les parfums insufflés par des herbes comme la baie de genièvre et la coriandre, et aussi l’écorce de citron, la racine d’angélique, et la cardamome.

Mais c’est un dry gin avec une twist : celle du panais! Cet ajout donne au produit un côté jardin, l’insufflant d’une agréable amertume et de notes de terreau frais.

Le seul hic à part celui de l’ivresse potentielle et que ce beau produit n’est disponible qu’en caisse de six bouteilles (pour l’instant), alors mettez-vous une gang ensemble et commandez une caisse!