Depuis 1888, ce sont des générations de clients et d’employés qui sont passées derrière et devant les comptoirs du célèbre delicatessen Katz’s. Reconnu pour ses gros sandwiches au pastrami ou à la dinde fumée, ses murs recouverts de photos de stars, et pour ses serveurs taciturnes, l’endroit est immense et figé dans le temps.

Bien connu pour la célèbre scène où Meg Ryan inspirait une dame à murmurer « I’ll have what she’s having » à son serveur, Katz’s attire autant les habitués du Lower East Side que les touristes et cinéphiles. À l’entrée, on nous donne un coupon où les mets commandés seront inscrits pour ensuite payer à la caisse. Comme dans l’temps au Movenpik!

Personnellement, je tenais à visiter l’endroit pour son décor davantage que pour le menu (je ne suis pas folle de viande fumée). Et je n’ai pas été déçue! Il y a des néons partout et les installations nous font douter de la date inscrite sur notre calendrier.

Mais nous étions aussi là pour manger, alors nous avons commandé et trouvé une place. (Il n’y a pas toujours deservice aux tables.) Chaque sandwich est accompagné d’une généreuse assiette de cornichons bien croquants.

Pour Annie, un gros Reuben, sandwich de pastrami, fromage et chou. Elle aime bien, mais c’est un peu sec à la longue, selon elle.

Pour moi, une simple soupe matzo, boulette de pâte servie dans une soupe aux légumes. Je n’avais pas très faim, car j’étais passée au Shake Shack a 15h (burp). Rien d’exceptionnel et la boule matzo devient un peu difficile à manger à la longue si vous êtes du genre à mastiquer lentement et à ne pas aimer le pain mouillé.

Donc Katz, On y va ou pas? On y va sans grandes attentes et on se régal d’abord les yeux!

Katz’s Delicatessen
205, East Houston street
New York (Lower East Side)