Par ce froid de canard et avec la noirceur qui nous entoure, on cherche à se réveiller les sens avec une cuisine qui nous réconfortera comme un gros foulard de laine par une journée de grand vent. Voilà pourquoi je vous suggère d’aller vous attabler dans Chinatown, chez Orange Rouge.

orange-rouge-restaurant-chinatown

Situé dans un coin de Chinatown qui a été torturé par de longs travaux, le restaurant a tenu bon à mon plus grand plaisir. L’éclairage fait un peu speakeasy et le néon en forme de crabe qui trône dans la salle à manger n’attend que votre compte Instagram.  On s’y rend pour de la cuisine qui fait du bien, à partager à une des tables intimistes, au comptoir animé ou dans la salle privée de l’établissement.

orange-rouge-restaurant-chinatown

La carte (un menu rappelant celui d’un take-out) est courte et bien ficelée. Elle est séparée en intitulés dont les portions seront croissantes, soit «snacks», «plats» et «à partager». On choisira trois ou quatre plats pour deux convives. On ne parle pas ici de cuisine chinoise traditionnelle, mais d’influences asiatiques diverses, sans tomber dans une fusion de pacotille. C’est savoureux, harmonieux et parfois étonnant. Vous pouvez consulter le menu du soir du Orange Rouge ici.

orange-rouge-restaurant-chinatown

Le soir de la visite que je vous raconte en images, j’étais avec mon amie Gabrielle et c’était notre premier repas en ces lieux. En plus de nous être régalées, nous avons vraiment eu du plaisir à échanger avec le personnel de salle, une équipe du tonnerre qui connait son affaire et sait accueillir les gens. En cuisine, tous sont affairés à nous préparer des petites merveilles. Ne me demandez pas comment le restaurant a changé suite au départ d’Aaron Langille, chef original, car je n’y suis pas allé à cette époque. Tout ce que je peux vous dire, c’est que l’équipe actuelle du Orange Rouge a de quoi être fière.

orange-rouge-restaurant-chinatown

Notre premier plat est une assiette de crevettes popcorn chaudes et croustillantes, dont la panure cache de petites bêtes bien dodues. On accompagne le tout d’une sauce maison. Prix du plat : 7$.

orange-rouge-restaurant-chinatown

Deuxième service de ce repas : un crabe à carapace molle servi sur un riz frit épicé et moelleux, juste assez relevé pour nous faire chanter un peu. (16$)

orange-rouge-restaurant-chinatown

Un plat de tofu fumé et choux de Bruxelles suit (13$). C’est le genre de plat qui pourrait facilement déraper, mais ça n’est pas le cas ici car le côté fumé est équilibré et complète à merveille le végétal des choux.

orange-rouge-restaurant-chinatown

Notre plat final, le plus copieux, vient de la section «à partager». C’est un jarret de porc succulent, dont on regarde la viande tomber de son os dans une danse de la joie (28$). On roule les morceaux d’effiloché dans des feuilles de laitue avec une pâte de piment et d’arachide. Ludique à souhait!

orange-rouge-restaurant-chinatown orange-rouge-restaurant-chinatown

Comme c’est souvent la norme dans les restaurants asiatiques, les desserts ne sont pas légions. Cependant, il vaut ici la peine de s’y arrêter pour commander les dumplings xiao long bao, de petits nuages de bonheur au riz qu’on trempera dans une sauce au vinaigre et au tamarin.

orange-rouge-restaurant-chinatown

Si la carte propose un bon choix de bières et de vin, je vous recommande plutôt de vous tourner vers les cocktails pour arroser tout ça. Débutez avec le Old Royal Jelly (gelée royale, amer et soda) pour l’apéro avec un snack, puis passez au East Meet West (gin, campari, lime, tamarin, ginger ale) pour accompagner les plats. On vous fera même un petit quelque chose sans alcool si vous le demandez!

Orange Rouge
106, de la Gauchetière ouest
(514) 861-1116
Ouvert pour le lunch sur semaine de 11h30 à 14h30
Ouvert le soir de mardi à samedi de 17h30 à 22h30
Fermé le dimanche et le lundi

Pour d’autres idées et découvertes, suivez Tellement Swell sur Facebook.