Le premier livre de ma collection que je vous présente a été publié en 1970 par La Métropolitaine, Compagnie d’assurance inc. C’est un petit fascicule de 60 pages qui met l’emphase sur des recettes simples, parfois à base de mets préparés comme mélanges à gâteaux et soupes en boîte, et aussi plusieurs recettes à base d’ingrédients frais.

Livre de cuisine de la Métropolitaine
Livre de cuisine de la Métropolitaine
Livre de cuisine de la Métropolitaine - back

Les belles illustrations de ce livre ont un look plutôt fifties, alors j’étais étonnée de voir qu’il n’avait que 40 ans. On a droit aux traditionnels légumes anthropomorphisés qui s’amusent entre-eux en attendant de passer au four.  
Livre de cuisine de la Métropolitaine
Livre de cuisine de la Métropolitaine
Livre de cuisine de la Métropolitaine
Le texte est aussi un peu rétro, avec des notes à la femme au foyer et commentaires sur la vie moderne. Extraits :
« Il n’y a rien comme le pain chaud pour relever un repas sans apprèts. (sic) »
« La ménagère dispose d’une telle variété de mélanges tout prêts pour la préparation de muffins, biscuits, pains, soufflés, crêpes, gaufres et pains carrés qu’il lui est facile de servir ces mets délicieux aussi souvent qu’elle le désire. »
« Avez-vous remarqué depuis quelques années, combien les hommes ont développés un goût particulier pour la salade ? »
On remarque aussi certains mots à l’orthographe étrange, comme les « sauces assaisonnantes » et « poudingues ».
Livre de cuisine de la Métropolitaine
Je ne comprends pas vraiment pourquoi les compagnies d’assurance publiaient autant de livres de recettes autrefois. Certe, on pourrait croire qu’ils voulaient promouvoir une bonne santé, mais ça n’est pas le cas dans cet ouvrage, à mon avis. Il n’est pas clair si d’autres compagnies étaient partenaires du projet, mais la longue liste de remerciements pour des organismes comme American Intitute of Baking, American Meat Institute, Pan-American Coffee Bureau et Poultry and Egg National board me fait douter que cette publication est surtout une promotion pour les grands joueurs alimentaires de l’époque.
Alors, quelle recette ai-je choisie pour tester les qualité de ce livre? Les carottes dorées, dont voici le secret. Ça ressemble à une recette de base, à la française. Je l’ai préparée ce soir pour accompagner une bavette de boeuf et de la purée.
Carottes dorées (donne 6 portions)
Glazed carrots

2 bottes de petites carottes          (note: j’estime qu’un petit sac de carottes « normales » ferait l’affaire)
1 c. à soupe de jus de citron
1/3 de tasse de sucre
1/2 tasse d’eau1 c. à thé de sel
2 c. à soupe de beurre ou de margarine
  • Gratter les carottes. Couper sur la longueur, en quatre.
  • Mettre dans un poêlon épais.
  • Ajouter le reste des ingrédients et couvrir.
  • Cuire sur feu bas en retournant souvent, jusqu’à ce que les carottes soient tendres et dorées.
making glazed carrots
Résultat : des carottes tendres et savoureuses, mais un peu sucrée. Au final, j’ai utilisé 8 petites carottes et ajouté un brin de thym. La cuisson prend environ 10 minutes, en remuant quelques fois pour éviter que la  sauce sucrée ne tourne au caramel. Ajoutez beaucoup de poivre noir, ça coupe le sucre. La prochaine fois, je vais utiliser un peu plus de jus de citron aussi.
Steak, glazed carrots, mashed potatoes