Faire une crème de tomates grillées, c’est facile. Mais c’est un peu long. Et oui, avant que vous ne me le demandiez, c’est bien la recette de la soupe que j’ai servi lors de mon passage à l’émission Un souper presque parfait à l’automne 2010.

Alors voici le topo.

On coupe une vingtaine de tomates italiennes en deux. On les arrose d’une bonne huile d’olives, on saupoudre de fleur de sel, et on leur offre thym et gousses d’ail comme compagnons de voyage. Les tomates passent ensuite une heure au four à 350.

Dans une grande casserole, on fait tomber un oignon vidalia coupé en dés dans un peu d’huile d’olives jusqu’à ce qu’ils prennent un peu de blondeur. Puis, on y ajoute les tomates et on réduit en purée à l’aide d’un malaxeur à main, directement dans la casserole. On aura auparavant retiré les brindilles de thym, qui on fait leur travail et peuvent passer à une autre vie dans le bac à compostage.

Vient le temps d’ajouter trois tasses de bouillon de poulet, préférablement maison. Ici, j’ai un peu improvisé, car mon bouillon était surgelé. Plouf!

Quelques minutes plus tard, la soupe prend forme. On ajoute quelques feuilles de basilic, on sale, on poivre, on recouvre et on laisse mijoter 20 minutes. On attrape un grand bol qu’on chapeaute d’un tamis fin. Car oui, on va y passer la soupe, une louche à la fois, pour lui donner un look plus chic et une texture bien lisse. Une fois cette étape non-essentielle (mais tellement art de vivre) terminée, on remet la soupe dans la casserole et on y ajoute 1/3 de tasse de crème : de la 35% ou de la 15%, selon ce que vous avez, ou du lait 3,25% pour ceux qui veulent économiser des calories.

Et si vous voulez la pimper comme sur le show, avant de la servir, vous ajoutez un peu de bacon cuit et de fromage cheddar au fond des bols. On réchauffe, on assaisonne et on sert cette soupe si bonne qu’on en oubliera de prendre une photo finale pour mieux la dévorer.