Voyager est une des choses les plus importantes de ma vie. Le voyage fait partie de mes loisirs, de mon travail. Il motive mes choix de vie. Il a fait de moi la personne que je suis. Et voyager aux États-Unis est un des plans que je fais le plus souvent quand j’ai besoin d’évasion. Mais avec les événements des dernières semaines, j’ai un peu perdu ma motivation.

Depuis le début de la présidence de Donald Trump, je ne peux que me poser des questions à propos de ce qui attend les voyageurs au cours des prochaines années. Si on pense à tout ce qui est en train d’arriver aux États-Unis, c’est un problème doré que de se demander si on prendra ou non des vacances en Amérique dans un avenir rapproché. Parce que pour ceux qui sont maintenant bannis, ceux qui ne peuvent pas rejoindre leurs proches à cause de choix politiques douteux de la nouvelle administration, voyager librement est un défi dont l’issue aura un impact sur le reste de leur vie.

Pour moi, cela signifie que je dois prendre des décisions. Est-ce que j’arrête d’aller aux États-Unis pour m’opposer aux politiques de Trump? Est-ce que ça va changer quelques chose si je fais ce choix? Est-ce que je continue à aller au États-Unis en évitant les États «rouges»? Est-ce que je fais mine de rien en continuant d’accepter les invitations des bureaux de tourisme et d’organiser mes vacances aux États-Unis? Est-ce que je m’y sentirai autant en sécurité qu’avant?


img_0553

J’en ai parlé avec des consoeurs et confrères qui font aussi des reportages sur le voyage, et il n’y a pas de réponse simple. Mais j’ai fouillé au fond de mon coeur et je me suis souvenue de ces mots lus quelque part : Il est préférable de bâtir une table plus longue qu’un mur plus haut. 

J’ai donc choisi de continuer à voyager aux États-Unis. Parce que parler aux gens, s’exposer à la différence, voir plus loin que sa propre perpective, c’est ce qui fait qu’on comprend mieux le monde. Et que le monde aura bien besoin d’ouverture d’esprit pour les prochaines années.

Je refuse de laisser Donald Trump me figer de peur. Je refuse de punir une nation pour un cancer que la majorité des gens veulent guérir.

Je refuse d’ajouter des briques au mur.

Papa phototouriste à Cloud Gate ☁️

Une photo publiée par Tellement Swell par Eve Martel (@tellementswell) le

Vous aimerez peut-être aussi

  • Josée Malenfant

    Les voyages sont enrichissants et nous offre une ouverture sur le monde. La peur et les gens fermés aux autres ne m’empêcheront jamais de voyager. Très bon billet Eve.