Je ne pensais jamais dire un jour «J’ai un chorégraphe préféré». C’était avant de connaître Stephan Thoss. Tout a commencé il y a trois ans avec Rêve, ce ballet contemporain surréaliste qui remet en question notre perception du temps, des relations avec l’autre, des émotions. Puis, La jeune fille et la mort (2015) a concrétisé mes sentiments envers Thoss. Mais tout ce temps, c’est Rêve que je gardais en tête et dont je parlais souvent avec émotion. J’étais séduite.

Le Rêve reviendra nous hanter dès le 26 mai, alors que les Grands Ballets Canadiens remettront en scène ce spectacle unique.

2.REVE_STEPHAN_THOSS_photo_Richard_Champagne_Danseurs-Sahra-Maira-et-Eva-Kolarova

Comment décrire Rêve? Un couple vit une vie tourmentée. Elle est hantée par des rêves qu’elle relate dans un livret. Lui ne semble pas affecté par ces troubles, mais la met en garde contre le pouvoir de l’imagination. Nuit après nuit, les songes prennent vie, inlassables.

20120247_Rêve_Dream-Away_photoDamian-Siqueiros_danseurs_Bryna-Catherine-Pascoe-Edi-Blloshmi

Outre la chorégraphie interprétée par des danseurs fantastiques, c’est la scénographie de la pièce que j’apprécie aussi. Dynamique, modulaire, toujours changeante, elle nous plonge dans une antichambre de confusion teintée de moments éclatés et de surréalisme (on pense surtout à Magritte, grande inspiration pour Thoss).

À voir sans faute!

6.REVE_STEPHAN_THOSS_photo_Richard_Champagne_Danseur-Marcin-Kaczorownski

Rêve par Les Grands Ballets Canadiens
Présenté du 26 mai au 4 juin au Théâtre Maisonneuve de la Place des arts
Billets disponibles ici

 

Photos : Richard Champagne (1-2) et Damian Siqueiros (3)

Vous aimerez peut-être aussi