Après avoir passé plusieurs mois à faire de la marche et avoir perdu une vingtaine de livres, j’ai commencé à aller au gym en novembre. J’avais pris la décision de me dédier à mon assiduité et vraiment me donner à fond sur ce projet de remise en forme. Après le premier mois, pour me concentrer sur l’aspect santé, j’ai décidé de ne pas me peser très souvent, voir pas du tout. Je gagnais de la masse, alors le peu que je perdais lentement mais sainement ne paraissait pas vraiment sur la balance. Mais je sais que mon corps a changé parce que je suis passé à une taille au dessous de ce que je portais côté pantalon. Et que je suis pas mal plus forte qu’avant (demandez à mon pot de cornichons!) Je dors mieux et je suis de meilleure humeur. C’est une bonne drogue, le sport.

multigym-gym-montreal

À ce jour, j’y suis allé à chaque semaine au moins 3-4 fois avec comme seules exceptions deux semaines où j’étais à l’extérieur du pays et une semaine où j’étais malade. Je suis devenue une fille qui va au gym. Je ne sais pas si vous savez à quel point c’est loin de mes anciennes habitudes, mais dans mon cas, c’est un grand pas dans la bonne direction. C’est beaucoup grâce à la très motivante Valérie Chouinard-Audette, mon coach chez Multigym, que j’y suis arrivée. Avoir des comptes à rendre et des programmes qui changent à chaque semaine, c’est parfait pour moi. Je ne peux pas courir, donc je fais surtout du vélo en mode HIIT et de la musculation. Et ça me fait un bien fou.

Bref, après tout ce travail et l’adoption de cette nouvelle habitude de vie, j’étais prète à passer à l’étape suivante : mon alimentation. J’arrive à un moment où je veux gérer ce que je consomme de manière plus futée pour me sentir mieux et perdre plus de poids. J’ai beau être bien dans ma peau, j’avais peur pour ma santé et il fallait que les choses changent. Et quand tu blogues sur la bouffe, tu en as souvent sous le nez, alors c’est bien d’avoir un plan. Mais pas question pour moi de me mettre aux protéines extrêmes, de manger 8 microrepas par jours ou autre gimmick qui donne des résultats dans l’immédiat, mais qui ne tient pas compte du reste de ta vie. Celle où il y a des gâteaux de noces à manger, des fromages à partager sur des nappes à carreaux dans un parc, et des verres de bulles à lever. Pas question de me mettre au régime.

Been there, done that, bought the shaker. 

Je voulais simplement manger plus de légumes, de protéines, choisir de meilleures collations et contrôler les portions et les sorties au restaurant (pas facile, quand on aime ça!) Récemment, j’ai réalisé que je cuisinais de moins en moins la semaine – j’arrive souvent chez moi affamée vers 19h30. Avec le blogue en plus de mon travail, si je veux avoir une vie sociale, mon temps est précieux. J’ai donc pas mal arrêté de passer mes dimanches à cuisiner pour la semaine. Résultat : mes repas se transformaient souvent en soupe-sandwich-salade ou en repas de livraison pas toujours bon pour mon bedon. Mon panier Lufa était vite consommé et je me retrouvais souvent téléphone en main à me demander quoi manger. Puis, je me suis souvenue des repas du Lunchbox du chef Pascal Bisson. J’avais essayé la formule paleo l’an passé et j’avais adoré. Je ne suis pas pro-paleo (ni anti, en fait) mais c’est pratique pour couper un peu dans les calories, en toute franchise. Ces lunchs sont juste délicieux et on peut toujours y ajouter un bout de pain ou autre, ce que je fais le soir. Lunchbox offre aussi des salades et des lunches un peu plus riches, comme un mac and cheese au homard. Les lunches que j’achète coûte 11$ plus taxes, incluant la livraison. Simple, je vous dis!

J’ai donc passé ma commande et débuté mon plan maison.

C’est assez facile à gérer. J’utilise l’app My Fitness Pal pour contrôler mon apport calorique*, mais surtout pour analyser les nutriments que je mange. Je devais augmenter ma consommation de protéines et diminuer beaucoup le gras (mmm… du bon beurre). L’app est super bien faite et simple à utiliser.

myfitnesspal-app myfitnesspal-app   
Ces captures d’écran viennent du site de l’app.

On peut aussi l’utiliser via le Web. Le matin, je mange souvent chez Sid Lee : rôties ou bagel au beurre d’arachides, yogourt, fruit. Au milieu de la matinée, je mange un oeuf cuit dur chipé dans le plat du p’tit-déj. Le midi, je mange un de mes repas Lunchbox. Le menu change à toutes les semaines et il y a de la variété. Je commande six repas à la fois alors ça me donne du choix. Les repas se conservent environ cinq jours au frigo et le contenant va au congélo. Je fais livrer au bureau.

chef-pascal-bisson-lunchbox En après-midi, je profite de la collation offerte par mon employeur si elle est santé (j’adore quand c’est des crudités ou du fromage, je passe souvent mon tour pour les biscuits et les gâteaux) ou je mange une banane avec du beurre de noisettes – celui de chez Prana est délicieux, voir débilement bon.

beurre-noisette-bio-prana-banane

Et pour souper, je mange un autre repas Lunchbox, que j’accompagne cette fois de riz, pomme de terre ou de pâtes que je prépare moi-même. Comme dessert, je mange un petit chocolat suisse. Oui, je mange des carbs et du chocolat – deal with it, industrie de la perte de poids!

Voici à quoi ressemblent mes délicieux repas Lunchbox. Chef Pascal a vraiment le don de relever le goût des légumes. C’est merveilleux de pouvoir en manger une aussi belle variété sans avoir à lever le petit doigt!

Homard et légumes

le-lunchbox-chef-pascal-bisson-lunch

Bison Angus au bacon et brocoli

le-lunchbox-chef-pascal-bisson-lunch

Saumon grillé et mélange de légumes (le bok choy vient du lunch d’une amie)

le-lunchbox-chef-pascal-bisson-lunch

Poulet grillé, légumes, et du riz au jasmin que j’ai préparé moi-même

le-lunchbox-chef-pascal-bisson-lunch

Boulettes de porc et de crevette au gingembre, légumes, et du riz de ma cuisine

le-lunchbox-chef-pascal-bisson-lunch

Mais je ne suis pas devenue une #régimeuse (mot-clic de la mort sur Instagram) : le vendredi, je vais au resto avec mon amie Gab – c’est sacré – et je mange ce que je veux. La semaine dernière, c’était du poulet frit et du mac & cheese arrosés d’un bon cocktail à la Dinette Triple Crown. Et je vais bruncher au moins une fois par fin de semaine. Disons que je me réserve 500 calories de plus que d’habitude le vendredi soir et le jour de mon brunch. Le fait de brûler beaucoup au gym sur semaine et de tout entrer dans mon app à chaque jour aide à ne pas virer su’l’top non plus, car le programme m’incite à ajouter l’équivalent de ce que je brûle à mon budget calorique. Et si j’ai congé de gym la fin de semaine, j’essaye tout de même de faire de l’activité physique, comme une longue marche en ville ou dans un parc.

Ça fonctionne bien pour moi et ça a beaucoup simplifié ma vie. Et déjà, ma balance a recommencé à me sourire. On s’en reparle dans six mois?

*Petite note à propos du contrôle des calories. Je ne partage pas de chiffres à ce propos car cela varie trop d’une personne à l’autre. Mon but n’est pas de me soumettre à un programme rigide, mais de trouver un équilibre. Si je veux manger un chocolat, je mange un chocolat, je le calcule dans ma journée, pis c’est tout. Je ne considère pas qu’il y a de bons et mauvais aliments, il faut juste être réaliste. Tout ça pour dire que je vous encourage à bien vous encadrer et à utiliser les outils qui fonctionnent pour vous, mais n’en faites pas une obsession.

Pour d’autres idées et découvertes, suivez Tellement Swell sur Facebook.

Et suivez-moi sur Instagram et Twitter pour deux autres doses de swell.

Vous aimerez peut-être aussi