Pouvez-vous croire que je n’étais jamais allé manger à l’Orange Julep? J’ai corrigé le tir la semaine dernière. Gab et moi sommes arrivées alors que le soleil s’étirait sur la surface de ce phénomène architectural. J’avoue que j’y allais autant pour la bâtisse que pour la bouffe. J’ai encore sur le coeur la démolition du premier restaurant et de son sublime néon, construit en 1922 sur Sherbrooke, et où s’érigent maintenant des condos très ordinaires qui n’ont rien à voir avec le patrimoine bâti du site. C’est donc le sourire aux lèvres que je suis arrivée sur le site.

Gibeaud-orange-julep

Ouvert en 1932 par Hermas Gibau, le restaurant a reçu sa première pelure en 1945. À l’époque, on en comptait plusieurs, mais c’est le seul survivant. Le propriétaire comptait y habiter avec sa famille, mais j’imagine que madame et les enfants n’étaient peut-être pas d’accord avec ce plan… Le restaurant opère toujours, mais cette version date de 1966, année où il fut déplacé et agrandi à cause des travaux d’expansion de l’autoroute Décarie.

Gibeaud-orange-julep

À l’intérieur, on retrouve un sympathique casse-croûte et cette fontaine à boisson légendaire, qui distribue le mélange de jus d’orange, de lait, de sucre et de vanille qui a fait la réputation de l’établissement.

Gibeaud-orange-julep

On peut acheter le liquide orangé laiteux en gallon, mais je me suis contentée d’un bon grand verre.

Gibeaud-orange-julep

Et on a aussi mangé! La poutine est particulièrement délicieuse et réconfortante.

Gibeaud-orange-julep

J’y retournerai cet été, alors qu’il fera beau et qu’on pourra manger dehors. Ou dans la voiture, en imaginant qu’on se fait servir par des jeunes filles en patins à roulettes. Comme dans l’temps.

Gibeaud-orange-julep

Gibeau Orange Julep
7700, boulevard Décarie
Montréal
(514) 738-7486

Pour d’autres idées et découvertes, suivez Tellement Swell sur Facebook.

Et suivez-moi sur Instagram et Twitter pour deux autres doses de swell.

Vous aimerez peut-être aussi