Oh qu’il y a a beaucoup de nouveaux blogueurs en ville depuis septembre! La rentrée a cet effet. Si j’encourage tout le monde à suivre la voie de son inspiration, j’aimerais doubler ce sentiment de quelques conseils. Car dans la course à être le plus lu, le plus vu, le plus partagé, on perd parfois le cap, cette passion qui nous anime. Mes suggestions ne sont pas d’ordre technologique (vous savez tous qu’il faut utiliser la SEO, Pinterest, et Google Analytics, right?), mais davantage axées sur les choix créatifs, l’attitude, et les émotions.

Ces conseils s’appliquent aussi aux blogueurs vétérans. Car après quelques années, il est bon de se demander si on se donne vraiment à fond et si on a encore du plaisir à (bien) faire ce qu’on fait.

Ne pas définir sa ligne éditoriale
Voyez votre blogue comme un magazine. Votre ligne éditoriale guidera le type de sujets, de chroniques et d’intérêts qui y seront publiées. La ligne éditoriale définie aussi le ton et la manière d’un blogue. Elle est un message que vous envoyez à vos lecteurs qui leur indique ce qu’ils vont trouver dans les pages de votre publication. Juste parce qu’on s’intéresse à beaucoup de choses, ça ne veux pas dire qu’on devrait parler de tout, de n’importe quelle façon. Si vous n’avez pas encore de ligne éditoriale pour votre blogue, voici un article vraiment pratique pour vous guider.

Acheter ses likes et ses abonnés
Il y a eu des remous suite à la publication du billet de Gabrielle Lacasse, qui rédige le beau blogue Dentelle & Fleurs avec ses collaboratrices et a un des meilleurs Instagram lifestyle à Montréal. J’étais vraiment heureuse que quelqu’un lève le voile sur cette pratique ridicule qu’est l’achat d’abonnés. Acheter ses likes, c’est comme donner un spectacle dans une salle remplie d’ours en peluche et diffuser un communiqué comme quoi on a fait salle comble. Petit insight : si tu as 325 likes sur ton selfie, mais aucun commentaire, tout le monde sait que tu te payes des compliments. Au bout du compte, les agences et gens de relations publiques finissent toujours par savoir qui a l’habitude d’acheter un peu d’amour. Et se vendre comme ambassadrice de marque à coups d’abonnés fantômes, c’est un peu de la fraude.

Oublier la générosité
La compétition, c’est bien. L’envie, l’égoïsme et la jalousie, c’est mal. Recherchez les collaborations, poussez le contenu des autres sur vos propres comptes de médias sociaux, et aimez les billets et les photos qui vous font sourire. Un petit coeur Instagram, c’est si facile à donner! Pour les vétérans : n’oubliez pas que la relève a besoin d’être encouragée. Partagez vos contacts, invitez de jeunes blogueurs comme +1 lors d’événements et dites vous que le rayonnement de nouvelles plateforme est bénéfique à notre industrie. On ne regrette jamais d’avoir été accueillant et généreux envers nos pairs.

Négliger la qualité des contenus
C’est facile de publier rapidement un billet qui profite des derniers mots clés populaires dans les engins de recherche. C’est plus compliqué de trouver une idée intéressante qui profite de la situation tout en procurant du contenu très pertinent et utile à ses lecteurs. Vous manquez d’idées? Voici un articles qui partage 17 ressources pour développer des idées de contenu. La fatigue peut parfois s’installer quand on blogue depuis longtemps. Après quelques années, on peut aussi perdre l’envie de publier. Ça arrive! Mieux vaut fermer un blogue sur une note positive que de continuer à publier sporadiquement du contenu très ordinaire juste pour le garder sur le respirateur artificiel.

Ne pas entretenir de bonnes relations
Vous avez reçu des produits à essayer et avez publié un billet à leur sujet? Faites-en part aux boîtes de RP qui vous les ont envoyés. On vous invite à un événement auquel vous ne pouvez pas venir? Répondez gentiment pour décliner. Vous n’avez pas été choisi pour un voyage de presse intéressant? Acceptez le fait que vous n’étiez peut-être pas le bon casting pour cette opportunité. Et de grâce, ne vous pointez pas à un truc sans être sur la liste, c’est gênant pour tout le monde (et surtout pour vous).

Se laisser ronger par la jalousie
C’est tentant de se comparer. Il va toujours y avoir un blogue qui a de plus belles photos, plus de couverture média, plus de commentaires, plus de fans, plus de pins ou plus d’idées créatives que le nôtre. Se décourager ou réagir de manière un peu mesquine face au succès des autres n’aidera en rien la qualité de notre propre plateforme.

Manquer de discipline
Pas besoin de publier à chaque jour, mais pour garder son lectorat, il faut publier de manière ponctuelle. Vos publications deviennent des rendez-vous avec vos lecteurs. Pour vous aider, ouvrez un brouillon dès que vous avez une idée. Ajoutez-y des photos, des notes, des bouts de phrases. Quand le temps viendra de publier quelque chose de nouveau, vous aurez du matériel. C’est aussi une bonne idée d’établir un calendrier de publication un mois à l’avance, afin de ne rien oublier. Personne ne veut monter une liste de restaurants pour la St-Valentin le 13 février.

Capoter avec l’équipement 
Je vois trop de jeunes blogueuses mode et foodie avec des caméras à 3 000$ dont elles ne savent absolument pas se servir. À moins de vouloir investir dans un cours de photographie ou d’être assez disciplinée pour apprendre par soi-même, une caméra point and shoot à 300$ ou la caméra d’un bon smart phone récent sont aussi efficaces que le dernier modèle à la mode mal utilisé. Gardez votre argent pour vous acheter des likes sur Instagram. (C’T’UNE JOOOOKE!)

J’espère que ces conseils vous seront utiles. N’hésitez pas à commenter ce billet si vous avez des questions précises sur le sujet.

 

Suivez Tellement Swell sur Facebook, Twitter et Instagram.

Vous aimerez peut-être aussi